Marie Thérèse Chappaz

En 1987, Marie-Thérèse reprit les vignes familiales. Cette année-là, elle dut vendre le raisin, car la cave - au lieu-dit La Liaudisaz - n’était pas encore prête. 1988 fut l’année de la vinificatio...

Lire la suite

Frederic-loustau

Domaine Marie-Thérèse Chappaz
Marie-Thérèse Chappaz … son nom résonne par-delà les Alpes Valaisannes et même les frontières helvétiques comme une référence incontournable, une icône pour qui recherche l’excellence et la précision. Marie-Thérèse Chappaz est une source intarissable d’inspiration pour nombre de vignerons. Soucieuse du respect de l’environnement sur le haut coteau de Fully, chaque vin, chaque millésime est une invitation au voyage.
Frédéric Loustau
Sommelier chez LAVINIA

Producteur: Marie-Thérèse Chappaz

En 1987, Marie-Thérèse reprit les vignes familiales. Cette année-là, elle dut vendre le raisin, car la cave - au lieu-dit La Liaudisaz - n’était pas encore prête. 1988 fut l’année de la vinification de son premier millésime. L’année 1989 marqua la naissance de sa fille Pranvera au mois de juillet et l’ouverture de la cave au mois de septembre. A l’époque, Marie-Thérèse ne disposait que d'un hectare et demi et cette surface était insuffisante pour vivre. Donc, au fil des années elle étendit son domaine qui compte désormais 10 hectares. Aujourd’hui, sa fierté d'avoir réuni tout le vignoble historique détenu par son grand-oncle - que ce soit en étant directement propriétaire ou en location de parcelles confiées par des membres de sa famille - est grande. L’œuvre de Marie-Thérèse Chappaz est récompensée par Gault et Millau qui la consacre en 1996 "Vigneronne de l’année". Après une sélection au top 100 des meilleurs vignerons, le guide lui décerne, dans son édition 2016, le titre "Icône du vin suisse", distinction témoignant de son intense engagement en faveur de la qualité et de la renommée des vins suisses.
Le 8 novembre 2015 au Villa d’Este Wine Symposium à Cernobbio sur les rives du Lac de Côme (Italie), Marie-Thérèse Chappaz a reçu le Prix d’excellence Lalique-Villa d’Este 2015 "Lady of Wine" remis par François Mauss. Cette reconnaissance prestigieuse récompense sa carrière exceptionnelle.
Marie-Thérèse a le désir d’élever de grands vins. Elle choisit de soigner et d’aimer ses terres, de les nourrir et de respecter chaque terroir, chaque cépage. Que le vin soit, pour l’amoureux du vin et pour l’homme qui le boit, le messager de son sol, de ses racines, de son climat, du millésime, de l’ambiance et de son vigneron. Marie-Thérèse estime juste être l’artisane qui met en valeur un terroir, un coin de pays.
Chaque année, elle essaie de s’améliorer et de laisser vivre le vin de ses vignes. Sa philosophie est claire : pas trop d’interventions et de moins en moins d’intrants de l’extérieur. A la vigne, pas de produits de synthèse, ni d’engrais. Uniquement des tisanes, du compost fait maison, des plantes, des préparations biodynamiques. Certes, il reste le cuivre, produit chimique mais naturel dont elle ne peut pas encore se passer mais qu’elle utilise parcimonieusement, moins de 3 kilos par hectare. Le soufre naturel de mine. Le bicarbonate de soude, comme dans la fondue. Et la bonne humeur. A la cave, des levures indigènes. Pas de sucre, ni d’enzymes. Des sulfites, mais pas dans tous les vins.
Chaque année, Marie-Thérèse tend vers un idéal, vers un but : élever de grands vins représentatifs de leur terroir. Chaque année elle se remet en question et évalue la pertinence de ses choix. "L’agriculture biodynamique ne solutionnera pas tous les maux de la terre, mais elle est véritablement une agriculture d’avenir et une agriculture qui soignera la Terre".

En 1987, Marie-Thérèse reprit les vignes familiales. Cette année-là, elle dut vendre le raisin, car la cave - au lieu-dit La Liaudisaz - n’était pas encore prête. 1988 fut l’année de la vinification de son premier millésime. L’année 1989 marqua la naissance de sa fille Pranvera au mois de juillet et l’ouverture de la cave au mois de septembre. A l’époque, Marie-Thérèse ne disposait que d'un hectare et demi et cette surface était insuffisante pour vivre. Donc, au fil des années elle étendit son domaine qui compte désormais 10 hectares. Aujourd’hui, sa fierté d'avoir réuni tout le vignoble historique détenu par son grand-oncle - que ce soit en étant directement propriétaire ou en location de parcelles confiées par des membres de sa famille - est grande. L’œuvre de Marie-Thérèse Chappaz est récompensée par Gault et Millau qui la consacre en 1996 "Vigneronne de l’année". Après une sélection au top 100 des meilleurs vignerons, le guide lui décerne, dans son édition 2016, le titre "Icône du vin suisse", distinction témoignant de son intense engagement en faveur de la qualité et de la renommée des vins suisses.
Le 8 novembre 2015 au Villa d’Este Wine Symposium à Cernobbio sur les rives du Lac de Côme (Italie), Marie-Thérèse Chappaz a reçu le Prix d’excellence Lalique-Villa d’Este 2015 "Lady of Wine" remis par François Mauss. Cette reconnaissance prestigieuse récompense sa carrière exceptionnelle.
Marie-Thérèse a le désir d’élever de grands vins. Elle choisit de soigner et d’aimer ses terres, de les nourrir et de respecter chaque terroir, chaque cépage. Que le vin soit, pour l’amoureux du vin et pour l’homme qui le boit, le messager de son sol, de ses racines, de son climat, du millésime, de l’ambiance et de son vigneron. Marie-Thérèse estime juste être l’artisane qui met en valeur un terroir, un coin de pays.
Chaque année, elle essaie de s’améliorer et de laisser vivre le vin de ses vignes. Sa philosophie est claire : pas trop d’interventions et de moins en moins d’intrants de l’extérieur. A la vigne, pas de produits de synthèse, ni d’engrais. Uniquement des tisanes, du compost fait maison, des plantes, des préparations biodynamiques. Certes, il reste le cuivre, produit chimique mais naturel dont elle ne peut pas encore se passer mais qu’elle utilise parcimonieusement, moins de 3 kilos par hectare. Le soufre naturel de mine. Le bicarbonate de soude, comme dans la fondue. Et la bonne humeur. A la cave, des levures indigènes. Pas de sucre, ni d’enzymes. Des sulfites, mais pas dans tous les vins.
Chaque année, Marie-Thérèse tend vers un idéal, vers un but : élever de grands vins représentatifs de leur terroir. Chaque année elle se remet en question et évalue la pertinence de ses choix. "L’agriculture biodynamique ne solutionnera pas tous les maux de la terre, mais elle est véritablement une agriculture d’avenir et une agriculture qui soignera la Terre".

Informations principales
Année de création :
1987
Propriétaire
Marie-Thérèse Chappaz